(Français) Avant-Première FIDÉ 2020

(Français) Avant-Première FIDÉ 2020

Projection des trois films choisis lors de l’Atelier de Programmation, un partenariat avec la plateforme Docfilmdépôt

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

Les étudiant.e.s de l’atelier de programmation du FIDÉ présentent, en partenariat avec la plateforme Docfilmdépôt, une soirée de projection de 3 documentaires en présence des réalisatrices.eurs !

L’événement aura lieu au Shakirail (72 Rue Riquet, métro Riquet)
Le dimanche 01 mars. Ouverture des portes, 19h
Bar et petite restauration sur place, comme d’habitude ! 😌

LA PROGRAMMATION :

♢ Les voix du dedans, de Elina Chared
France, 2019, 25′
« Je suis une bipolaire borderline entendeuse de voix » nous confie Marianne. Cette femme fascinante, au regard parfois perdu, nous plonge dans l’intimité de son rapport à ce qu’elle nomme ses « voix ». Hallucinations auditives, signal d’alerte ou bien forme de conscience ? On ne peut qu’admirer la volonté de Marianne qui nous témoigne ici des stratégies à adopter lorsque celles-ci se manifestent.
[Camille Duranton]

♢ Une loge en héritage, de Romain Vallée
France, 2019, 17′
Une loge en héritage porte les promesses de son titre. Romain Vallée nous propose d’accompagner Elisabeth, courageuse et indépendante trentenaire, lorsqu’elle quitte les casinos pour reprendre la loge de sa mère et de sa grand-mère. A contre-courant des projections sur l’accomplissement personnel à travers le travail, le film porte le discours d’Elisabeth sur la valeur, la dignité qu’elle accorde à sa place (car la frontière entre son travail et sa place sociale est mince), et le choix assumé qu’a été ce changement de vie radicale. Romain Vallée contribue à faire d’elle un personnage de cinéma en la plaçant dans des espaces vivants bien que peu habités, dont la richesse et le feutrage sont en eux-mêmes déjà une mise en scène, et à laquelle répond le sous-sol et sa machinerie, riches de vie eux aussi. La transmission et les rapports filiaux sont au cœur de la deuxième moitié du film, qui rend avec malice la subtilité des rapports de force liés à cette transmission, jusqu’au partage d’une jeunesse éternelle, grâce à Cloclo…
[Critique Angèle Meschin]

Int. Anouchka-Nuit, de Louise Hansenne
Belgique, 2019, 20′
Anouchka fume, Anouchka boit, Anouchka est scénariste et c’est à travers l’écriture d’une auto-fiction qu’elle nous révèle les comment et les pourquoi de ses addictions. Fiction et réalité se mêlent alors dans un récit touchant où deux héroïnes, alcooliques et dépressives, se battent pour suivre des rêves fragiles. Quelle sera la fin du scénario, il y en aura t-il une ? Anouchka semble chercher d’autres réponses…
[Camille Duranton]

Venez nombreuses.eux !