Édito

É!
(d’édito, d’étudiant, d’émergent)

Depuis quelques années on y ré échit, on hésite, on débat… et voilà qu’on a sauté le pas: le É étudiant du FIDÉ devient émergent. Toujours le même combat – montrer le cinéma documentaire qui se fait avant les contraintes de diffusion et de production du monde dit professionnel, celui qui se fait dans les écoles, universités, ateliers… – mais en y posant un nouveau point de vue: si étudiant nous renvoyait aux travaux de n d’études, à la n d’un cycle, à quelque chose qui se trouve déjà derrière les réalisateur-rice-s, émergent nous place au début d’un nouveau cycle, d’où on pourra aussi mieux regarder leurs carrières de jeunes cinéastes se dérouler.
Pour fêter ce passage et accompagner la sélection étudiante, deux séances spéciales ont été programmées. Une avec Elitza Gueorguieva, très chère amie du festival, ancienne intégrante de l’équipe, et qui vient de vivre deux grandes réussites: un premier roman, gros succès de la critique à la dernière rentrée, et un premier lm, primé à la compétition française du Cinéma du Réel.
La deuxième séance spéciale a eu lieu hors les murs, au Cinéma La Clef et en avant première, où le public a pu (re)découvrir les lms étudiants de 4 réalisateurs qui ont fait de beaux chemins depuis leur passage au FIDÉ: Vincent Pouplard, Étienne Chaillou, Sarah Cunningham et Salomé Laloux-Bard.
Le FIDÉ élargit aussi sa route: le nombre de séances hors les murs et Pocket Fidé dans les universités bat le reccord cette année. Du côté de la cuisine interne, l’équipe se renouvelle, des visionneur-se-s deviennent programmateur-rice-s, des postes rémunérés sont petit à petit créés, de nouvelles âmes se sacri ent (avec succès !) au dur labeur de la recherche de subventions et de nouvelles idées et projets s’amorcent, en attendant la fête des 10 ans l’année prochaine!

Flávia Tavares

L’esprit du festival

Chacune des éditions du FIDÉ est un voyage aux quatre coins du globe, à la découverte de cette jeune génération de réalisateurs qui portera sans doute le cinéma documentaire de demain.

Avec plus de 650 films reçus cette année, la 9ème édition réserve bien des surprises, avec une sélection de 31 films venus du Japon, de l’Italie, du Pakistan, de l’Allemagne, du Liban, du Congo ou encore d’Israël. À travers eux, il sera question notamment du conte coranique d’une reine maudite, d’enfants solitaires, de pêcheurs, de nageurs, de mariages et de fêtes…

Dans cette sélection, la dimension politique est très présente avec plusieurs réalisateurs qui portent leur regard sur les grands bouleversements qui secouent notre époque actuelle : en effet, trois films de la sélection témoignent de la crise des migrants, du Liban jusqu’en France en passant par Lampedusa ; la crise ukrainienne est abordée à travers la chronique d’un jeune couple séparé par les missions du jeune soldat ; ou encore au Congo, un vendeur de journaux engagé transforme la rue en agora bouillonnante.

Tous ces films, tous ces nouveaux regards rendent compte non seulement de l’état de notre monde mais aussi de la manière de donner corps aux interrogations, aux pensées et aux visions que les jeunes réalisateurs expérimentent sur le réel qui les entoure, avec une liberté artistique ambitieuse, originale et mature.

Un vent frais s’annonce !

Antoine de Ducla